Une virgule, dans une vie.

Sans logique, sans folie,
Elle reste là, immobile,
Impassible,
Assise,
Les mains tendues, crispées,
Sans trembler ni transpirer
Elle s’est frigorifiée, figée

Elle ne peut plus réfléchir
Uniquement sentir
Glisser sur ses pommettes
Ces larmes intimes
Seulement ressentir
En elle une émotion secrète
Un trouble révélé par ce sourire,
Crispé, mais enchanté,
Figé, mais comblé

Ce n’est plus une rêverie
Ce n’est plus une utopie
Les faits sont là
Entre ses doigts
Elle n’a pas vu l’aube s’éteindre
Ni le soleil l’étreindre

La vie s’est présentée
Par deux traits, elle s’est annoncée
Quelques minutes rendues éternelles
Par un miracle devenu réel
Poussait, Grandissait, s’épanouissait
Enfin, le fruit d’un espoir indemne

Ceci est une fiction. Toute supposition de lien avec la vie actuelle de l’auteur de ce texte serait une méprise.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Poésie.

Un commentaire sur “Une virgule, dans une vie.

  1. Ceriat dit :

    Un très joli poème qui a merveilleusement muri. :D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s