Course au temps

Me revoilà, cette semaine avec l’atelier de Leiloona que j’aime décidément beaucoup. J’ai fait l’école buissonnière la semaine dernière, par manque de temps et d’inspiration. Mais pour ce lundi, la pluie est à nouveau au centre de le photo. Je ne sais pas vous, mais je trouve la pluie très mélancolique, très intense… surtout sur les photos.

Décidément c’est une journée très grise aujourd’hui, et qui se poursuit aussi mal qu’elle a commencé ! Et dire que j’avais pris ma journée exprès pour consacrer du temps à mes dessins. Je me souviens de la joie incontrôlable qui m’avait envahie quand j’ai appris que cette journée de congés m’était accordée ! J’avais prévu toute une organisation au quart d’heure près pour optimiser au maximum ce temps libre qui m’était offert. Levée à 6h00, le temps de préparer mes idées, et faire quelques esquisses qui me trottent dans la tête depuis quelques jours. Machine à laver lancée à 6h30, Repassage des tournées précédentes à 6h45 et terminée à 7h30. Juste à l’heure pour réveiller Hannah pour l’école. Mais rien n’a fonctionné comme prévu. Je me suis réveillée en catastrophe à 8h. Pas le temps de dessiner la moindre esquisse, voir même de sortir la table à repasser. J’ai gardé ma nuisette, enfilé un pantalon de jogging et préparé en hâte le petit-déjeuner de la petite. Au désespoir de voir déjà plus de deux heures de ma journée partir en fumée s’est ajouté une catastrophe d’art culinaire. Le chocolat d’Hannah s’est renversé sur mes feuilles de dessin que j’avais posées sur la table la veille. Je ne pouvais même pas reporter ma colère et ma frustration sur la petite, c’est moi qui ait renversé.
Par manque de temps, j’ai osé porté la petite à l’école avec les mêmes vêtements que la veille. Je ne suis même pas sûre qu’elle ait pris une culotte propre quand je lui ai dit d’en mettre une rapidement. Mon dieu, je suis une mère indigne ! J’ai de la chance que le directeur de l’école n’ait pas vu que j’étais encore en dessous affriolants sous mon gros manteau. Dans mon malheur, j’ai quand même un peu de chance !
Après l’école, je vais vite à la papeterie à côté de la cathédrale pour récupérer des feuilles de dessin, les anciennes étant toutes chocolatées… Arrivée à la caisse, pas de portefeuille, et un nouvel employé. Il refuse obstinément de me faire crédit jusqu’à demain alors que je suis une fidèle cliente ! Je fais la grosse erreur de perdre 20 minutes de ma journée à parlementer et tenter de négocier, en sachant pertinemment que mon obstination était vaine. Je retourne donc chez moi, mais au moment de sortir de la boutique, quelqu’un entre me donnant un grand coup de porte vitrée sur le côté du nez. Je suis bonne pour un bleu… Très sympathique cet homme qui ne s’inquiète même pas de savoir comment je vais… Mais pas le temps de lui rentrer dedans à mon tour…
Vite : la maison ! J’attrape mon portefeuille au vol, et des lunettes de soleil pour cacher ce vilain coup qui commence à noircir. J’arrive en bas de l’immeuble, le ciel se noircit, et… c’est pas vrai !! Il tombe des cordes !!!! Et moi qui ait mes lunettes de soleil… Je ne vais rien voir du tout ! Tant pis, je ne veux pas gaspiller dix minutes de plus à les ranger dans mon sac à main et prendre le risque de les abîmer…
Vite : la papeterie ! Laquelle évidemment s’est gonflée de clients en l’espace de 10 minutes !
Tout le monde s’est mis au dessin, ou c’est un rendez-vous pour un achat groupé ? J’arrive enfin à la caisse, mais je refuse de regarder quelle heure il est. Je crois que je pleurerais si je savais !
« 11h !!! » crie une femme dans l’allée derrière moi… Ça y est : je pleure. Je peux me réjouir d’avoir mes lunettes noires… Mais 11h, çà signifie que j’ai déjà gâché une demie-journée de mon précieux temps !! Ces feuilles ne serviront pas avant une décennie le temps qu’on m’accorde une autre journée !! Ces feuilles si précieuses, que j’hésite à laisser là pour m’enfuir en courant à perdre haleine pour exorciser cette colère qui grandit en moi, me rendant proche de l’implosion… Mais non, je ne peux pas, elles me sont trop importantes…
Allez, reprends-toi, Marie ! Il suffit que j’appelle Maman pour lui demander de garder la petite ce soir, j’aurais ainsi toute la soirée et toute la nuit pour travailler sur mes dessins. Oui, je vais faire çà…

Publicités

6 commentaires sur “Course au temps

  1. Lola-Valérie dit :

    Tiens, même si le contenu n’est pas le même, on a eu un peu la même idée pour le timing :)

  2. Leiloona dit :

    Outch’, une véritable épopée ! :-o
    Il y a des journées comme ça !

    Et heureusement qu’elle ne s’est pas étalée sur le parvis. ;)

    Le quotidien nous bouffe, c’est certain, vu les textes lus ce matin.

    Merci d’avoir participé ! A la semaine prochaine, alors ! ;)

  3. Soène dit :

    Il faut qu’elle se répète plusieurs fois dans la journée : « keep calm and carry on » :)
    Je n’ai heureusement pas autant de difficulté pour « poser » une journée de congés ! et je me plains !
    Franchement, la vie est dure pour Nous les Femmes !
    @mitiés de Lyon

  4. lucie dit :

    quelle journée de merde vraiment on s’y croirait !! j’aime beaucoup ton texte et son rythme !

  5. Valentyne dit :

    Il y a des jours où il vaudrait mieux rester au lit :-)

  6. Asphodèle dit :

    En arriver à organiser une journée de congés ne devrait pas exister :) Mais le temps, ah la la … ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s