Première rencontre

Il m’arrive de faire des rêves déroutants, si étranges qu’ils restent gravés en moi de manière indélébile. Parfois, je peux m’y replonger encore plus clairement que dans un souvenir, pourtant bien ancré, lui dans la réalité.
Intimes, personnels, ils m’appartiennent de manière exclusive. Je me plais à retrouver parfois des endroits connus de moi seule. Petit à petit, au fil des années, les rues rêvées se sont révélées appartenir à une ville où j’aime me balader une fois la nuit tombée. J’aime y découvrir de nouveaux bâtiments, de nouveaux arbres, qu’inconsciemment j’ai conçus. Je ne pourrais préciser les traits de mes compagnons de vie nocturne. Ils m’apparaissent de manière abstraite, tels des portraits de Picasso, se contentant de jouer chaque nuit un rôle plus ou moins différent.

Cette nuit, pourtant, dans cette ville qui m’appartient, les limites de mon imaginaire semblent avoir été bafouées.
Alors que je suis seule, assise à cette terrasse, un homme aux traits aussi précis que dans la réalité me fait soudain face.

C’est un jour de beau temps, où le soleil éblouit tant qu’il prend tout l’horizon dans ses rayons, faisant disparaître le décor derrière un fin rideau blanc. Je ne distingue que cet intrus, la chaise sur laquelle il est assis, et cette table métallique qui nous sépare.
En le voyant ainsi, dans mon monde, je comprend que les remparts de cette ville intime, ont été violés.
Cette cité interdite est chargée de mes espoirs, mes rêves, mes secrets mais aussi de mes angoisses, et de mes peurs. Elles restent souvent tapies dans l’ombre, se contentant de faire quelques apparitions ici et là, parfois au détour d’une rue. Mais en cet instant, la seule présence de cet homme, devant moi, bouleverse cet équilibre intérieur que je maintenais jusqu’alors.
J’ose, l’espace d’une seconde, me plonger dans son regard, qui m’apparaît franc et impassible. Cette seconde me semble durer une éternité pendant laquelle je sens le flot de craintes, trop longtemps étouffées, envahir les ruelles de mon esprit, tel un déluge hors de contrôle. Sans bruit, il noit toutes les futilités de mon imaginaire pour ne me laisser entrevoir que le plus important : mes angoisses, et cet homme.

Assis à la terrasse de ce café vide de monde, il me regarde, sûr de lui. Je connais les traits de son visage, mais pas son expression. Je connais ses yeux, mais pas ce regard.
Avec une voix inconnue, il m’explique ses projets. Il me fait part de sa sérénité, que je sens teintée d’une certaine peur.
Il porte sur lui une froideur excessive mêlée à une force invincible, ce qui le rend particulièrement impressionnant. Il dévoile dans ses gestes une fragilité désarmante alliée à une détermination surpuissante.
En plus de discerner clairement un visage, d’entendre distinctement une voix, je sens également la force de son influence sur moi. Je ne bouge pas, je ne cille pas, je ne suis qu’une simple spectatrice, abasourdie par l’apparition soudaine de cette âme tourmentée dans cet endroit exclusif.
Désarmée par cette scène inattendue, je tente de retenir mentalement ses messages, qui semblent lourds de sens et d’une importance immense. Des regards appuyés me poussent à faire des efforts mentaux incroyables pour les mettre à l’abri.
Je regarde sa bouche bouger au rythme doux des confidences. J’écoute cette voix inconnue, franchir la frontière des ces lèvres goûtées dans un autre temps. Je note consciencieusement ses prédictions, ses alertes, ses avertissements, ses projets, et ses promesses, qui ne manquent pas de m’envahir.

Je me réveille, et les larmes ont inondé mes joues, et noyé mon oreiller. En silence, je laisse s’évacuer ce déluge nocturne, intime, exclusif, dans ma réalité. Je me remémore ce visage, et cette voix, comme on tente de souvenir d’un rêve, par bribes.

Cette voix qui s’est confiée, qui m’a montré la voix, je la chercherai encore lorsque le besoin sera trop fort.

Publicités

2 commentaires sur “Première rencontre

  1. encore et toujours un superbe texte ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s