La vie d’une autre de Frédérique Deghelt

Souvent, les couvertures de romans ne dégagent aucune atmosphère, se contentant d’un dessin, ou parfois simplement du nom de l’auteur et du titre de l’oeuvre.
Il arrive parfois qu’il y ait une exception, comme ce livre.
Elle a surgit de nulle part, dépassant toutes les banalités des livres qui l’entouraient. Cette couverture, aussi magnifique que troublante, a attiré mon regard, m’a figée sur place.

Le livre d’une vie.
Celle d’une autre, ailleurs dans une autre époque.
Celle d’un autre temps, ici dans cette ville, dans ma ville.
Le livre d’un récit, d’une intimité, d’une solitude. Je ne l’ai pas encore ouvert mais je sais déjà l’intensité qui se cache dans ces pages. Comment ne pas se laisser aller à écouter ces yeux qui chuchotent, laissant une âme s’échapper et se glisser en nous, nous confiant un secret caché…
Comment ne pas maintenir la fuite d’un regard aussi lumineux que sombre, où force et fragilité coexistent ?
Pourquoi ne nous abandonnerions-nous pas à nous perdre dans ce qui est tel un puits dont on ne devinerait le fond que grâce au soleil qui, en s’y reflétant, laisserait échapper un filet de lumière ? Comment ne pas céder à l’appel du mystère ?
Comment ne pas laisser notre inconscient se mêler à cette âme, cette vie, celle d’une autre, si proche, et si loin à la fois ?

Toute l’histoire est là, dans l’intimité d’une essence impalpable, dont elle seule est la gardienne. Derrière cette couverture en carton, sa vie, son expérience, protégée comme un trésor. Elle se confie dans l’angoisse du jugement, ne nous délivrant que son regard à un instant, où tout a basculé. Elle y dévoile ses craintes, ses doutes, ses peurs, mais aussi ses plus belles émotions et ses instants d’émerveillement.

Une fois le livre de ses confessions terminé, lorsqu’il se referme, on se retrouve à nouveau face à ses prunelles de vie, cette âme voilée. Elle ne m’a pas tout dit, ne me confiant qu’une partie d’elle, comme en témoigne cette division de lumière sur son visage. Tant de secrets cachés, peut-être perdus. Au fil des pages tournées, un lien s’est tissé entre elle et moi. Sa vie est finalement restée sur ces pages, et son regard n’a pas changé. Il ira rejoindre toutes ces vies rêvées sur les planches de ma bibliothèque, laissant en moi une trace indélébile. Il suffit que mes yeux croisent à nouveau les siens pour sentir la force qui se cache derrière.
Elle ne peut pas n’être qu’une interprète d’une fiction. Elle ne peut en être que la source…

Publicités

Un commentaire sur “La vie d’une autre de Frédérique Deghelt

  1. mathylde dit :

    La couverture est effectivement intéressante ! J’ai eu un gros coup de coeur pour ce roman ! Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s