Elisa, une femme sans âme

Elle restait là, dans le hall d’embarquement de l’aéroport, spectatrice dépassée de la vie qui s’agitait autour d’elle. Elisa, la quarantaine, était une femme aussi belle que froide. A une époque, elle avait dû mettre un point d’honneur à entretenir son physique et cela se voyait encore aujourd’hui. Ses cheveux blonds semblaient aussi doux que de la soie, et sa vie en Afrique du Sud lui donnait une peau joliment hâlée, mise en valeur par des vêtements blancs. Elisa avait des formes généreuses qui lui offrait une jolie silhouette. Derrière ce masque de cire dénué d’expression qu’elle utilisait comme visage, on n’y discernait pourtant aucune âme. Comment un regard peut-il être aussi insignifiant ? Mes yeux ont croisé les siens, et ils n’y ont vu qu’un noir profond, aussi sombre que le néant. J’avais déjà croisé des regards impuissants, des âmes abandonnées, abîmées par la solitude, pourtant tous avaient cette lueur dans les yeux, signe qu’ils étaient encore en vie, qu’ils avaient peut-être encore de l’espoir. Je n’avais, cependant, jamais vu un regard comme celui d’Elisa, totalement vide, sans expression, dénué de sentiments.

Fatiguée, résignée à un rôle qu’elle n’a peut-être pas choisi, elle subit les envies et demandes des trois hommes qui l’accompagnent. Le fossé entre Elisa et eux est incroyablement profond. Contrairement à elle, son mari et ses fils ont un visage apaisé, sensible à tout changement d’humeur. Les enfants jouent, rient, courent, se battent. Son mari s’active, pianote son téléphone, lit un magazine, rassemble les bagages. Elisa, elle, reste là, le regard vide fixé dans cette vie qui s’est imposée à elle. Les récits de ses fils semblent n’avoir aucun intérêt pour elle. Elle paraît porter sur ses épaules la responsabilité de sa famille.

Mais que s’est-il passé dans la vie d’Elisa pour qu’elle s’oublie à ce point ? Elle se laisse littéralement porter par les faits, les devoirs, les nécessités : marcher, avancer, s’asseoir, sans qu’aucun sourire, ou sourcillement ne vienne altérer la rigueur de ses traits…
Je suis là, à côté d’elle, je la fixe, je cherche à comprendre, je l’observe. Et même mes regards appuyés ne la touchent pas, elle ne me voit pas, ne me remarque pas. J’en profite pour écrire ses maux, et voilà que je me suis sentie glisser dans son esprit, et que j’ai pu ressentir comme son mal-être lui transperce le coeur.
Elisa ne ressent plus rien, et personne ne le voit autour d’elle. Elle n’existe plus pour son mari et ses fils, qui ne voient en elle qu’une aide de vie, un bagage de leur vie prêt à les servir…
Deux heures de vol durant lesquelles elle ne fera que feuilleter un magazine sans y porter aucun intérêt, simplement pour passer le temps. Je ne la reverrai plus, mais parfois je pense à elle, à ce mal qui la ronge de l’intérieur, et à la fin tragique qui pourrait bien aboutir.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Portraits.

3 commentaires sur “Elisa, une femme sans âme

  1. C’est super triste comme texte et sa vie est triste… ce qui a pu se passé pour qu’elle soit à ne rien ressentir, qu’est ce qu’elle a subi de la vie pour en arriver là ? J’espère ne pas devenir comme Elisa un jour…

  2. 32 Octobre dit :

    Un regard perçant qui se noie dans l’inconnu… dans l’impensable… dans le vide… venir en aide… mais Elisa n’est déjà plus là… juste une ombre ….

  3. non … Elisa est là … puisqu’on la regarde, puisque tu la regardes ! … quand on porte des responsabilités, c’est qu’on a l’habitude de se battre …

    Elisa vit, elle le sait … elle se bat au fond d’elle pour retrouver l’amour inconditionnel qu’elle rejoindra, plus tard, en Afrique … là est sa vraie Vie …

    Aujourd’hui, Elisa vit juste entre parenthèses …

    ton récit n’est pas triste du tout … moi, je l’aime beaucoup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s