Les confidences d’une âme à un carnet

Assise à son bureau, elle tape calmement sur son clavier d’ordinateur. Son travail est centré sur le traitement de données : montants, quantités, dates, tout est lié aux chiffres. Au début, elle ne pensait pas être autant dominée par les nombres. Mais c’est lorsque son esprit s’est passionné pour l’écriture que Sandra s’est sentie agressée. Si fiers, si rigoureux, si logiques, les chiffres ne laissent aucune place à l’imagination, aux sentiments. Peu importe le nombre, elle les regarde avec un certain mépris. Elle les traite avec rapidité et logique, pour pouvoir se retrouver sans culpabilité dans son imaginaire.
La tête ailleurs, elle ne pense qu’à se jeter à corps perdu dans ses idées. Ses pensées sont traversées par des vagues qui donnent souvent naissance à un billet gribouillé, ou une histoire imaginée.

Impossible pour elle de concilier travail et passion. Elle essaie bien de les laisser chacun occuper une partie distincte de son esprit, mais en vain. Son rêve de vivre loin de tout ce vacarme calculateur qui l’entoure finit par la posséder. En se plongeant dans le monde des livres et en choisissant de développer son imagination, elle a prit un risque qu’elle n’avait pas mesuré. Le dévouement professionnel de Sandra a laissé place à un automatisme. Elle reste consciencieuse dans son travail, juste ce qu’il faut pour garder son esprit ouvert au façonnement des mots qui voguent en elle.

Son carnet vert à portée de main agit comme une soupape de décompression. Fidèle, disponible, à l’écoute, il est toujours près d’elle, prêt à servir si le besoin s’en fait sentir. Elle l’ouvre parfois pour y noter quelques mots, quelques idées, avant de reprendre son rôle devant son écran d’ordinateur.
Le retour à la réalité de son emploi la rend, alors, très vite mélancolique. Il suffit d’une minute de détachement, pour que l’appel du carnet la dépasse, et prenne le pas sur ses obligations professionnelles.
Au fil des années, il lui est devenu indispensable pour y coucher ses états d’âme, ses histoires, ses secrets. Lorsque son imagination s’emballe, elle se libère en noircissant ses pages avec délectation. Les mots occupent son cœur, alors que les chiffres se sont emparés de sa raison. Elle préfère fuir la logique amère que lui dicte sa tête pour céder à l’ivresse de la passion. Ce carnet est le reflet de son âme. Quand elle l’ouvre pour le marquer de son empreinte, ou relire ses écrits, c’est un étourdissant miroir d’elle-même qu’elle voit. Une fois entièrement rempli, il rejoindra la malle aux carnets de la vie de Sandra, dont elle seule possède la clé.

Dans sa bulle imaginaire, Sandra se croit à l’abri des regards. Pourtant, elle éprouve de plus en plus de difficultés à cacher son activité secrète. Un jour ou l’autre, elle sera découverte. Ses textes si intimes, bien que fictifs, seront à la merci des critiques. Débarrassés de leur écrin de papier, leur authenticité risque de disparaître. Sandra est-elle prête à assumer sa folie imaginaire, son amour des mots, ses erreurs d’écriture ?

Publicités

Un commentaire sur “Les confidences d’une âme à un carnet

  1. Ah, les carnets… presqu’une histoire d’amour ! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s