Plaisir insouciant

Blanche comme les ailes d’un ange
Pourtant flamboyante comme la fourche de Satan

Délicieuse et sensuelle mais périlleuse et mortelle
Elle suscite la passion alors qu’elle n’est qu’addiction

Sans bruit, elle apaise les maux de l’esprit
Sans remords, elle enflamme la chair des corps

Conscients du mal rampant,
Vous cédez pourtant au plaisir brûlant,
En la portant à vos lèvres ardentes

Elle fume, et doucement elle se consume
De votre plaisir elle se nourrit
Alors que votre désir vous ternit

Votre âme pervertie vous condamne
A regretter, à espérer,
Mais finalement vous succombez

A l’infini l’écho des mots vous envahit
Vous le savez mais vous ne pouvez qu’accepter
De la passion elle vous mènera à la destruction

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Poésie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s